Un jugement qui nous donne raison mais qui arrive trop tard !
Les habitants des yourtes de Bussière-Boffy, après huit années de lutte, ont été relaxés le 12 janvier 2016 par la cour d'appel de Bordeaux.

Elle a considéré, comme la Cour de cassation en 2015, que le jugement de juin 2013 qui les avait condamné à la démolition des yourtes (seul procès perdu par les quatre familles attaquées), était illégal. Mais étant relaxés sur la prescription (les yourtes ont été considérées comme des constructions sans permis de construire, illégales donc, mais installées depuis plus de 3 ans, et de ce fait inattaquables), et vu qu'elles ont été démontées en 2014, cette prescription n'a plus aucun sens. Le seul résultat concret est la suppression des amendes pour les habitants des yourtes, mais cela permet surtout à l’État de clore le débat... sans juger sur le fond ! Bref, toute cette mascarade fut une belle arnaque !

Lors de l'audience de ce dernier procès, le 24 novembre 2015, la cour a été d'une incroyable désinvolture, d'un inadmissible mépris envers les familles. Les juges se sont contentés de dire que c'était de l'histoire ancienne, censurant les témoignages. Ils ont abrégé la plaidoirie de l'avocate, ultime moyen d'être écouté et défendu dans un tribunal.

Ces habitants ont donc été harcelés pour rien, se sont battus contre des fantômes durant huit ans.
Les procédures, illégales et interminables, sous leurs airs irréels ont bel et bien eu raison de ces familles résistantes. Elles ont perdu leurs logements, leurs projets de vie, leurs voisins, leurs amis, leur temps...

Mais alors, à quoi tout cela a t-il servi ? Toutes ces années de lutte contre un type acharné à faire partir quelques familles d'un village qu'il considère comme lui appartenant... Ces centaines de personnes qui sont venues protester avec nous, ces dizaines d'élus et parlementaires solidaires, et tous ceux qui ont pioché dans leur porte-monnaie pour que l'affaire soit rejugée en cassation...

Nous n'avons pas lutté pour le plaisir, nous l'avons fait par dignité, parce que la moindre des choses dans cette vie est de ne pas laisser faire une injustice qui se passe devant notre nez.

Quelque soit le résultat de cette triste affaire, nous savons que nous nous sommes battus contre des gens dont l'âme est salie. Notre cause, malgré tous leurs mensonges, est juste et saine, c'est celle de tous. La lutte pour défendre la Terre, l'habiter librement, l'aimer et la respecter comme soi-même, aura l'amour de son côté, tandis que l'acharnement du pouvoir (quel qu'il soit) sera toujours un obstacle à l'évolution humaine.

Aujourd'hui, malgré notre lassitude, et sans rien espérer, nous assumerons le prochain procès contre le PLU (Plan local d'urbanisme) du maire de Bussière-Boffy, qui a rendu nos terrains inconstructibles et gelé nos droits en créant une immense zone naturelle sur la commune, englobant (quel hasard !) les terrains appartenant aux familles vivant en yourtes.