• Malgré cela, le maire a, par la suite, fait annuler cette taxe, désavouant ainsi l'accord conclu avec le Sous-Préfet au nom de l'Etat.
  • Puis, au printemps 2011, il a porté plainte contre les yourtes pour habitat illégal.
  • Cette plainte s'est ajoutée aux nombreuses attaques de la mairie contre ces habitants depuis l'élection du maire en 2008.
    Les habitants de Bussière-Boffy, et en particulier ceux de la zone des hameaux du Grand Pic et du Petit Pic où se trouvent les yourtes, subissent des arrêtés à répétition interdisant le camping, situation unique en Haute-Vienne. 
    32 habitants de la commune
    (soit 10 % de la population !) ont donc déposé un recours devant le Tribunal administratif de Limoges, une première fois contre les deux premiers arrêtés en 2011, puis de nouveau en 2012 contre le 3ème arrêté.
Les deux premiers arrêtés s'appuyaient directement sur l'insalubrité prétendue des yourtes, ils ont été annulés pour « excès de pouvoir », le 29 septembre 2011.

                             Lire le jugement du Tribunal administratif


Le troisième arrêté, pris en mars 2012 par la commune, a été annoncé au préalable par la maire dans un bulletin municipal en ces termes : « Nous vous rappelons qu'un arrêté est applicable tant que le tribunal administratif ne l'a pas annulé. Aussi, nous allons reprendre un arrêté réglementant le camping sur la commune, car nos administrés ont besoin de tranquillité » !

Face à ce troisième arrêté, des habitants de Bussière-Boffy, qui en ont assez de tant de harcèlement administratif (aux frais du contribuable), ont décidé d'en demander la suspension, en attendant qu'il soit jugé.

Quand à la tranquillité des habitants de la commune, elle serait sans doute mieux préservée si la mairie cessait ses attaques continuelles contre une partie de ses habitants, faisant ainsi régner un climat de conflit et de harcèlement dans cette petite commune, originellement tranquille.

Aujourd'hui, une fois de plus, les habitants de Bussière-Boffy incriminés par la mairie ont eu gain de cause devant le Tribunal administratif de Limoges, qui a suspendu ce 3ème arrêté le 22 juin 2012, pour atteinte aux libertés fondamentales des habitants de la zone concernée.
Le Tribunal a également condamné la commune à verser aux habitants requérants la somme de 1 000 € !

  • Dans le même temps,  sachant que Cécile Duflot, aujourd'hui Ministre de l'égalité des territoires et du logement, soutenait avec force les habitants des yourtes de Bussière-Boffy lorsqu'elle était présidente d'Europe-Ecologie/Les Verts, ces derniers habitants ont été reçus par son conseiller spécial. Ils ont pu apprendre à cette occasion qu'un projet de loi en faveur des habitats légers était en cours.

  • Par ailleurs, le soutien du maire de Bussière-Boffy à la candidate socialiste aux dernières élections législatives nous interroge... Opportunisme ou revirement ? Le maire soutiendrait-il le gouvernement de Jean-Marc Ayrault, et la ministre Cécile Duflot ?

  • Un Plan Local d'Urbanisme est en cours d'élaboration à Bussière-Boffy : nous demandons que les terrains des yourtes, qui par ailleurs jouxtent des habitations, y soient intégrés.
    Cela permettra de sécuriser ces familles, et leurs jeunes enfants, qui subissent les attaques répétées de la mairie, dans un contexte économique tous les jours plus difficile. Les habitants des yourtes souhaitent vivre paisiblement au sein de la commune, dans le respect de l'environnement.