Le maire dénonce notre précarité alors que nous revendiquons notre qualité de vie. Nos habitats sont confortables, économes en énergie et nos enfants sont épanouis.

Il propose une "solution" en voulant échanger nos terrains contre un autre, alors que le résultat serait d’isoler nos enfants dans des hameaux désertiques, et de nous empêcher de pratiquer notre activité maraîchère.


Le Maire souhaite-t-il "suicider" sa commune au nom du code de l’urbanisme, alors qu’il a le pouvoir de légaliser la situation, comme c’est le cas dans d’autres communes ?

Il nous engage ainsi dans de longues procédures qui abîment la vie de nos jeunes enfants.

Parallèlement, le conseil municipal a voté a l’unanimité, et à l’initiative du maire, la fermeture de l'école de Bussière-Boffy !


Nous avons choisi la sobriété dans nos vies et nous développons des activités économiques locales. Nous pratiquons la solidarité entre voisins, et ce sont nos réponses aux crises actuelles, celle du logement, celle de l’environnement, etc..


Les autorités et les administrations veulent-elles faire obstacle à ces solutions ?